Ressources

 

  • Les coktails polluants dans l'alimentation, l'apport des plantes (17 Février 2013)

Conférence de Claire Laurant-Berthouddocteur en anthropologie et spécialiste des plantes médicinales 

Auteur du livre "Tisanes : guide pratique pour toute la famille"


Il y a une véritable flambée des pathologies chroniques et des cancers.
Et en voici quelques causes :

Récolte avant maturité (cycles végétatifs non respectés)
Les plantes n'ont pas le temps de pousser correctement, les fruits et légumes présentent une carence en vitamines et en minéraux. Leur densité nutritionnelle est faible.

Présence de résidus toxiques
Ils sont utilisés au cours de la culture mais aussi pour la conservation
Etude Générations Futures 2010 : 81 toxiques dans l'assiette
Les aliments sont irradiés 
aux rayons gamma et contiennent des métaux comme le mercure (bactéricide, conservateur) et l'aluminium

Transformation des matières premières
Le raffinage (farine, sucre, céréales..) et le chauffage dénaturent les aliments

Ajout d'additifs
Et de sel et de sucre dans les produits industriels. Les additifs permettent de blanchir et de conserver les aliments. Ils favorisent l'Alzheimer, tout comme l'aluminium.

Emballages alimentaires
Les cannettes de boissons contiennent du bisphénol A et des phtalates qui sont hydrosolubles et passent dans l'alimentation. Ce sont des perturbateurs endocriniens qui agissent à des doses infinitésimes.

Tout ceci entraîne des états inflammatoires chroniques, une faiblesse immunitaire, une perturbation des systèmes enzymatiques et une saturation des émonctoires qui ne parviennent plus à éliminer correctement les déchets de l'organisme.

Résultat : fatigue, troubles digestifs et/ou du transit mais aussi troubles du sommeil.

Premiers signes d'intoxication : Ongles cassants, fatigue, troubles de l'humeur

Il est vraiment nécessaire de privilégier une alimentation biologique, les circuits courts et les aliments de saison qui répondent aux besoins de notre organisme. Il est également conseillé de faire des cures de détoxification au moins au printemps et à l'automne pour stimuler les émonctoires et éliminer les toxines. Le foie est l'organe majeur de la détoxification.

Les plantes accompagnent les processus physiologiques et contrairement aux molécules synthétiques elles sont très bien tolérées par l'organisme et sans effets secondaires si on respecte les précautions d'usage.

Elles permettent notamment de :

  • stimuler les émonctoires
  • éliminer le surplus de toxines
  • relancer les fonctions enzymatiques
  • rééquibilibrer les fonctions physiologiques
  • rétablir l'homéostasie

​Il est très important de veiller à la qualité des matières premières qui repose sur ces critères : 

  • Origine et identification botanique (noms scientifiques en latin)
  • Mode de culture artisanal, qui respecte les plantes
  • Collecte manuelle, à maturité, sinon on ne récupère pas les principes actifs (pas après maturité sinon oxydation)
  • Séchage et stockage dans de bonnes conditions pour que la plante conserve ses principes actifs
  • Qualité des étapes de transformation avec des modes d'extraction respectueux de la plante

 

 

  • L'Angélique

Le premier article de cette rubrique est consacré à l'Archangélique que Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste de Salagon, classe parmi les meilleures de nos bonnes herbes tant ses emplois sont nombreux.

Il s'agit de l'espèce Angelica archangelica L. (syn. Angelica officinalis Hoffman) que l'on appelle communément Angélique officinale, Archangélique, Angélique vraie, Angélique des jardins, Herbe aux Anges ou Herbe du Saint-Esprit. 

C'est une des rares plantes médicinales originaires de l'hémisphère Nord, elle pousse spontanément dans les régions montagneuses des pays scandinaves.

Elle a été introdroduite au XIIe siècle en Europe par les Vikings pour le commerce. Elle a d'ailleurs été utilisée comme monnaie d'échange et a longtemps été exportée d'Islande où elle était considérée comme l'une des meilleures plantes médicinales.

Les Grecs, les Hébreux et les Romains utilisaient l'huile essentielle d'Angélique avant les combats pour assouplir leurs muscles et mieux supporter les coups.

Au XIVe siècle elle est mentionnée dans l'ouvrage Tabernae montanus par Matteo Sylvatico, médecin et botaniste médiéval enseignant à l'école de Salerne :  «L'angélique, avec ses vertus et ses qualités merveilleuses, est une plante et une racine curative qui semblent avoir été données au genre humain par le Saint-Esprit ou les bons anges.»

Paracelse, célèbre médecin et alchimiste de la Renaissance, préconisait l'Angélique lors des épidémies de peste où il aurait sauvé de nombreuses vies grâce à son remède : de la poudre d'Angélique dissoute dans du vin. Les médecins de la Renaissance nommaient la racine d'Angélique "racine du Saint-Esprit" en raison de ses grandes et divines propriétés. 

On a commencé à cultiver la plante en France dès la fin du Moyen-Age dans les jardins monastiques. Les moines l'intégraient dans une multitude de préparations telles que des élexirs, des baumes et des liqueurs.

Les soeurs du couvent de la Visitation Saint Marie eurent l'idée de confire la plante et d'en faire une liqueur.

article_Angelique_archangelique_herboristerie_autour_de_langelique